Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Si c'était Jérusalem, de Michel Gad Wolkowicz et Michaël Bar Zvi

16 Mai 2018 | 277 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Dimanche 13 janvier 2019, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. Ensemble, au cours de cette journée, nous avons honoré le devoir de mémoire qui nous incombe et sommes devenus les témoins des témoins.

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Pages

Israël
 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Le 17 mars dernier, les israéliens ont voté et réélu Benjamin Netanyahou.

Pages

Si c'était Jérusalem, sous la direction de Michel Gad Wolkowicz et Michaël Bar Zvi*

C’est véritablement un énorme travail qui nous est proposé dans ce volume de plus de mille pages qui reprend en titre l’intitulé d’un colloque qui s’est tenu en avril 2016 au Menahem Begin Heritage Center de Jérusalem.

Une centaine de contributeurs, d’Eliette Abecassis à Benny Ziffer en passant par Georges Bensoussan, Raphaël Draï, Frédéric Encel, Benjamin Gross, Meyer Habib, Didier Long, Richard Prasquier, Daniel Sibony, Jacques Tarnero, Philippe Val ou encore A.B. Yehoshua.

L’ouvrage s’ouvre sur un hommage à Raphaël Draï, « le mensch constantinois » et Benno Gross, grand maître de sa génération, tous deux disparus, à quelques jours d’intervalle, en juillet 2015.

En introduction, Michel Gad Wolkowicz, se référant aux propos millénaires des enfants du peuple juif, « L’an prochain à Jérusalem » et « Si je t’oublie Jérusalem », justifie le titre de l’ouvrage, venu en somme comme un conte, un reste diurne.

Président d’honneur du Crif et actuel président du Keren Hayessod, Richard Prasquier affirme son attachement indéfectible à la capitale d’Israël dans un texte intitulé : « Puis-je dire que Jérusalem vit en moi ? ». Pour Richard Prasquier, « Ce n’est que pendant qu’il y a eu une souveraineté juive que toutes les religions ont pu prier en paix à Jérusalem ». C’est pourquoi, « le mécréant que je suis me battrai pour le maintien de la souveraineté juive à Jérusalem ».

Ancien vice-président du Crif, le député Meyer Habib, dans un message, développe des arguments similaires : « C’est depuis que Jérusalem est réunifiée sous souveraineté israélienne, après avoir été moribonde pendant les siècles d’occupation ottomane, que la ville a retrouvé sa superbe, qu’elle refleurit, se développe, s’étend, qu’elle vibre » ;

Un beau corpus d’illustrations enrichit ce bel ouvrage dont on regrettera peut-être qu’il n’ait pas été proposé en deux volumes permettant ainsi une lecture plus aisée.
A découvrir.

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Editions In Press. Février 2018. 1020 pages. 34 euros.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.