Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Blog du Crif - Cachez cette Kippa que je ne saurais voir

15 Février 2021 | 232 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Billet d’Ariel Amar*, pharmacien

 

Dimanche 19 avril, le Crif et le Mémorial de la Shoah ont organisé une cérémonie virtuelle pour commémorer le 77ème anniversaire du Soulèvement du ghetto de Varsovie. Un moment très émouvant au cours duquel, ensemble, nous avons rendu hommage aux Hommes qui se sont soulevés pour leur liberté.

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Actualité

Comme nos lecteurs ont pu l’apprendre dans la newsletter du Crif, le président du Crif, Francis Kalifat a rencontré le nouvel ambassadeur de Chypre en France, Son Excellence Georges Chacalli, à l’occasion d’un déjeuner de travail. Partons à la découverte de Chypre et de sa petite communauté juive.

 

Pages

Antisémitisme
 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

"Une France antijuive ? "est le dernier livre de Pierre-André Taguieff. Marc Knobel rend hommage au talent et au courage de l'auteur à travers cette tribune.

Portrait de Invité
3 Questions à Marc Knobel
|
17 Avril 2015
Catégorie : Antisémitisme

Les auteurs du Blog du Crif se prêtent à un exercice de questions réponses " 3 Questions à ..."

Marc Knobel historien- chercheur nous parle donc de son engagement dans la lutte contre l'antisémitisme.

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

Pages

Opinion
Portrait de Marc Lévy
Blog du Crif - Une leçon de vie
|
17 Février 2021
Catégorie : Israël, Opinion

Pages

Ce 12 février 2021, sur France 2, Marine Le Pen a martelé qu’il faut éradiquer les signes ostentatoires des lieux publics.

Pour étayer son propos, la présidente du Rassemblement national explique que les Juifs ont déjà peur de la porter dans la rue et ajoute : « Juifs, je vous demanderai un sacrifice pour lutter contre l’islamisme, je vous demanderai d’enlever vos kippas. » Ce faisant, Marine Le Pen réitère globalement ce qu’elle avait dit en 2012 : « Il est évident que la kippa ne pose pas de problème dans notre pays, mais notre pays a changé et cet équilibre fragile que nous avions trouvé dans l'exercice des religions a été bouleversé par une immigration massive, depuis maintenant une vingtaine d'années, qui a changé la donne … Je demande à nos compatriotes juifs, ce petit effort, ce petit sacrifice sûrement, mais qui permet une égalité entre les exigences que l'on demande aux uns et aux autres. Je suis sûre qu'une grande partie d'entre eux sont tout à fait prêts à faire ce petit sacrifice » (TF1, 22 Septembre 2012).

Finalement, nous retrouvons en ces mots réitérés des expressions caractérisées et inacceptables. D’ailleurs, pourquoi faudrait-il empêcher qu’une femme porte le voile dans la rue ou qu’un juif pratiquant porte une kippa sur la tête ? Parallèlement, nous voulons poser la question suivante, Marine Le Pen, autorisez-vous une sœur a porter le voile des religieuses chrétiennes ? Un curé pourrait-il porter une soutane dans la rue ?

Commençons donc pas rappeler cette évidence dictée par la loi dans notre pays. En effet, rien n’interdit le port d’un signe religieux dans l’espace public, conformément au principe de liberté religieuse définie par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » L’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme prévoit en outre que « la liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique. » La laïcité telle que nous la comprenons, la laïcité telle que nous la vivons, la laïcité telle qu’elle nous protège, n’édicte pas d’empêcher de porter une croix, pas plus qu’une kippa, pas plus qu’un voile dans les rues de notre pays.

Sur la notion de sacrifice :

Voilà l’utilisation réitérée d’un terme pour le moins problématique. Si le terme de sacrifice s’emploie pour une grande variété d’actes, au sens figuré le mot sacrifice évoque le renoncement et l’abandon volontaire, la renonciation à ses propres intérêts au profit de ceux des autres. Mais, comment devrions-nous comprendre autrement l’utilisation de ce terme, choquant en l'état ?

Les Français juifs ont été sacrifiés en effet et tout au long de leur histoire. Ils ont été massacrés, humiliés, rejetés, discriminés, agressés, assassinés. En France, ils ont été sacrifiés pendant l’affaire Dreyfus, à cause des ligues factieuses dans les années 30, lorsque 75 721 Juifs, dont près de 11 000 enfants, ont été déportés de France entre mars 1942 et août 1944, par l'antisémitisme et les islamistes depuis 2000. Mais, rappelons aussi qu'en son temps et Jean-Marie Le Pen et le Front national, pendant des décennies, à coups de mots choquants et blessants, et/ou de propos négationnistes, ont désigné à la vindicte, les Français juifs.

Ce furent en effet Madame Le Pen de grands sacrifices.

 

Par Marc Knobel