Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean-Pierre Allali - Herzl, une histoire européenne, de Camille de Toledo et Alexander Pavlenko

03 Octobre 2018 | 65 vue(s)
Catégorie(s) :
France

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Pages

Opinion

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Herzl, une histoire européenne, de Camille de Toledo et Alexander Pavlenko*

Même dans ses rêves les plus fous, jamais le père du sionisme moderne, Theodor Herzl, n’aurait imaginé être le héros d’une bande dessinée. Herzl en BD !! Il fallait oser. Eh bien c’est désormais chose faite. Et quelle BD ! 350 pages. Du noir, du bistre et des bulles pour raconter cette étonnante « histoire européenne ».

Benyamin Zeev Tivadar Theodor Wolf Herzl que ses parents appelaient « Dori », est né le 2 mai 1860 à Pest, sur la rive gauche du Danube, qui, plus tard, on le sait, s’unira à Buda pour former Budapest, capitale de la Hongrie. Fils de Jakob Herzl, négociant en bois et de Jeannette Diamant, il se passionnera pour la destinée misérable du peuple juif et, considérant qu’il n’y a pas d’autre solution pour éradiquer son malheur que de reconstituer son Etat perdu il y a des millénaires, inventera en quelque sorte le sionisme et lancera, en 1897, à Bâle, le premier Congrès Sioniste.

Les auteurs ont choisi de raconter, parallèlement, l’odyssée d’Ilia Brodsky et de sa sœur, Olga, nés à Gomel dans la zone de résidence russe réservée aux Juifs de l’Empire, deux enfants qui vont fuir, en compagnie d’un adulte rencontré par hasard, Poïpy, leur terre natale, l’antisémitisme et les pogroms pour des cieux plus cléments. Ilia se passionnera pour la photographie et sa sœur pour le chant.

Au fil des très belles images, on découvre peu à peu Herzl, passionné d’opéra et de Wagner, l’affaire Dreyfus qui sera en somme le déclencheur des idées sionistes de Herzl (« La Palestine est notre patrie historique inoubliable. Son seul nom constituerait pour notre peuple un cri de ralliement d’une extraordinaire puissance »), la rencontre décisive avec Max Nordau, le mariage avec Julianna Naschauer, la naissance de ses enfants, Pauline et Hans, la publication de ses ouvrages, notamment « Altneuland » et « Der Judenstaat », les tentatives de rencontres avec le sultan, le soutien des Rothschild, les Congrès sionistes successifs, la proposition d’Etat juif en Afrique de l’Est, la mort prématurée de Herzl le 3 juillet 1904 près de Vienne. Il avait 44 ans.

Une contribution originale à l’histoire du peuple juif, du sionisme et de la création d’Israël.

A découvrir !       

Jean-Pierre Allali

 (*) Editions Denoël Graphic. Mars 2018. 352 pages. 25,90 €.

***

Pour aller plus loin :

Rencontre littéraire à la Maison de la Poésie le 17 octobre, à 21h

Avec Asaf Hanuka, Camille De Toledo et Denis Charbit 
Rencontre animée par Didier Pasamonik

Dans son roman graphique, Herzl (Denoël), illustré par Alexander Pavlenko, l’écrivain français Camille de Toledo mène son héros sur les traces de Theodor Herzl, le père du mouvement sioniste, dont le projet d’un État juif donnera naissance à Israël en 1948. 

70 ans plus tard, l’auteur de bande dessinée israélien Asaf Hanuka, croque son quotidien de père de famille angoissé dans la série KO à Tel-Aviv (Steinkis), mêlant humour grinçant et réalisme aigu. 

Regards croisés sur l’Israël d’hier et d’aujourd’hui, en compagnie de l’historien et politologue israélien Denis Charbit.

Inscriptions : ICI

À lire : 
Asaf Hanuka, KO à Tel-Aviv, trad. par Dominique Rotermund, Éditions Steinkis, 2016 ;
Camille de Toledo et Alexander Pavlenko, Herzl, Éditions Denoël, 2018.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.