Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Le parlement des cigognes, de Valère Staraselski

20 Mars 2018 | 542 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

Pages

Actualité

Des 27 avril au 10 juin 2016, se tiendront les journées nationales des Mémoires de la traite de l’esclavage et de l’abolition.  Souvenons-nous.

Nouvelle erreur de casting - Au lendemain de l'émission Dialogues Citoyens, retour sur Marwen Belkaid, un invité pas comme les autres.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Pages

 Le parlement des cigognes, de Valère Staraselski

Magnifique ! Ce roman est tout simplement magnifique. Avec maestria, l’auteur nous conduit, pas à pas, d’une banale excursion d’adolescents français en Pologne à la tragédie infinie de la Shoah.

Ils sont douze jeunes et ont pour noms David, le « leader », Maxime, Cyril, Katell, Zahia, Laurent, Elisabeth, Charlotte, Théo…Ils se sont retrouvés, début février, à Cracovie, l’ancienne capitale polonaise, pour un séminaire dans le cadre de leurs études d’hôtellerie. Un stage de perfectionnement, mais aussi une occasion de flâner sur le Rynek ou dans la rue Grodska et de se régaler dans un mleczny, un bar à lait typiquement polonais où l’on peut déguster un bigos, soupe à l’œuf locale,  s’avaler quelques verres de kwas, la « bière de pain », de faire son jogging et même d’élire une « Miss Cracovie », ce sera la jolie Katell, par ailleurs experte en claquettes et  que David n’arrête pas de dévorer des yeux.

Insouciance et décontraction. Mais la Pologne ne saurait indéfiniment cacher son passé douloureux, même à des jeunes gens en vadrouille qui ne songent qu’à se distraire.

Les choses vont changer lorsque la petite troupe se retrouve dans l’ancien quartier juif de Kazimierz, là-même où Steven Spielberg avait tourné, dans les années quatre-vingt-dix, son fameux La Liste de Shindler puis, plus tard, de l’autre côté de la Vistule, dans l’autre quartier juif de la ville, Podgorze. Plus tard, c’est la découverte du camp de Plaszow, où naguère, étaient installés deux cimetières juifs, détruits par les nazis et dont les pierres tombales ont servi, en 1942, à construire des routes. A cette époque, raconte David, un Cracovien sur quatre était juif. Il évoque le personnage sinistre d’Amon Göth, qui prenait un plaisir cynique à tuer des Juifs avec le concours de ses chiens, Alf et Ralf. Il parle aussi, à ses camarades de l’infernale marche de la mort.

Mais c’est en visitant une exposition de peinture dans l’ancienne Halle aux Draps que les jeune Français vont être confrontés, de plein fouet, à l’horreur de l’extermination des Juifs par Hitler et ses sbires. Face à une toile étrange, « Sejm Bociani », « Le Parlement des Cigognes » due à Wladyslaw Malecki, un vieillard, Zygmunt, assis, contemple la peinture, comme subjugué. On apprendra par la suite, qu’il est originaire de la ville, Krakow, en polonais et qu’il vit désormais en Israël. C’est son premier voyage en Pologne depuis les années sombres de la Shoah.

Pris de sympathie pour les jeunes, il va, par petites touches, leur raconter, dans les moindres détails, l’horreur et l’expérience terrible de l’Occupation allemande de la Pologne. Et comment, par chance, et aussi grâce à des cigognes, il s’en est sorti. Il leur dira aussi que la fin de la Guerre n’a pas signifié, loin de là, le répit pour les rescapés juifs. L’antisémitisme a resurgi, comme lors du pogrome de Kielce en 1945.

Un récit haletant dans  une écriture d’une belle finesse. A découvrir absolument.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Le Cherche Midi. Août 2017. 128 pages. 15 euros.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.