Blog du Crif - Yonathan, Président !

29 Juin 2022 | 156 vue(s)
Catégorie(s) :
France

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Opinion
On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Pages

L’échéance était attendue.

Le hasard nous a rassemblés en fond de salle sans que nous y fassions attentions. Nous sommes en AG et le tout le monde est là. Nous sommes disposés comme tant de fois, mais pour la circonstance autour de Arielle. L’Uejf est là en force. Les anciens Présidents, les anciens tout courts, toutes générations confondues avec Judith, notre lien entre ce passé si présent et l’avenir qui se proclame sous nos yeux.

Cette fois, on est plus en congrès de l’Uejf. C’est « pour de vrai ».

Les résultats sont proclamés nous nous levons d’un seul élan. Yonathan Arfi vient d’être élu triomphalement Président du Crif.

On a pas nos quarante et quelques rides. On a 20 ans. On a 20 ans, Yonathan arrive à l’UEJF. On ne se connait pas vraiment mais quelques jours plus tard, il débarque avec sa bande de Grandes Ecoles manifester devant une librairie négationniste. C’est une opération risquée et mal organisée. Mais visiblement cela ne l’inquiète pas.

Je regarde fasciné ce grand garçon élancé qui vient d’intégrer HEC, qui sait tout faire et n’a jamais peur. La suite le prouvera souvent.

On a 20 ans. Nous comprenons surtout que notre pays souffre d´un mal dont nous le pensions guerri: l’antisémitisme. Nous le voyons arriver. A bas bruit. Personne n’en parle. Mais il se répand partout des cours de récréation aux amphis.  On invente un terme pour dénoncer ce nouvel antisémitisme : les antifeujs.

Le constat est évident. L’accroche est bonne. Mais derrière tout reste à faire. Il faut collecter l’information, la vérifier. Ce sera Yonathan. Nous allons plus loin. On sollicite la Sofres, ce sera encore Yonathan. On négocie la publication d un livre chez Calmann Lévy Yonathan est à la manoeuvre. Puis il faut arracher la une du Monde et de Libé; ce sera encore Yonathan. A même pas 20 ans, Yonathan savait déjà faire tout cela !

Et nul ne sait à mon avis ce que la révélation de la résurgence de l’antisémitisme dans notre pays doit à son intelligence précoce.

Oui, nous avons 20 ans.

20 ans qui nous font nous sentir très vieux. 20 ans d’effrondrement, de régression de l’idéal républicain, de quelques morts qui ne nous passent pas. De l’antisémitisme qui devient assassin avec Ilan Halimi, puis terroriste avec l’école Ozar Hatorah. 20 ans qui nous ont été meurtriers. 20 ans durant lesquels, Yonathan va mettre son énergie, sa vision à démentir le projet antisémite. Son programme de vie est simple, il s’investit partout il y a de la vie et de l’avenir. Où il s’invente. Dans le terreau fertile du dialogue entre les pouvoirs publics et les institutions juives. 

Président de l’UEJF, puis à l’OSE, à l’ALLIANCE ISRAELITE UNIVERSELLE. Dans ces deux dernières institutions où l’on bâtit de l’avenir, où l’invente un futur pour une jeunesse un peu désemparée, Yonathan n’est jamais loin. Avec son énergie et ses potes maintenant diplomés qui deviennent dans son sillage les militantes et les militants qui regénèrent les instances et les idées.

Et puis, au sein du Crif, auprès de Richard Prasquier, puis Roger Cukierman et enfin, Francis Kalifat. Tranquillement, sans proclamation, sans auto promotion, il s’est mis au service de cette institution dont il devient un pillier qui traverse, comme les Français juifs, des heures tourmentées et incertaines. Avec calme et détermination, au sein du bureau aux côtés des Présidents, Yonathan a beaucoup agi et beaucoup réfléchi.
C’est une chance inouie, de pouvoir compter sur quelqu’un d’aussi paré et préparé pour exercer une mission aussi sensible dans une période aussi dramatique: veiller au bien être des Français juifs. Rien chez lui ne traduit le trac. Le plus jeune Président du Crif est aussi le plus aguerri.

Yonathan Arfi, toutes générations, professions, et confessions confondues est l’un des êtres les plus brillants que j’ai croisé. De lui on peut dire sans se tromper qu’il est le meilleur d’entre nous ; et d’un nous qui serait bien plus vaste que l’assemblée du Crif qu’il préside désormais.

Yonathan ne partage pas mes emportements. Il n’a jamais été encarté ou que ce soit, et bien heureux celui qui saurait dire pour qui il vote, en dehors de son aversion affirmée à l’encontre des populistes et des extrêmes.

La réalité de notre lien est un long compagnonage où se mêlent les joies et les déceptions depuis les moments fondateurs  où tout s’apprend, puis plus tard où tout se prend: les bonnes et les moins bonnes nouvelles, les unions, les naissances, les carrières, les épreuves et mêmes parfois les rêves qui s’accomplissent en plus grand que nous l’imaginions. Notre amitié n’est pas politique. Puisque c’est une amitié. Et de tous mes amis, il est seul dont le nom soit pour moi synonyme de cet état merveilleux : avoir 20 ans !

Je lui souhaite, au moment où il relève le gant de notre destin commun, qu’il ait 20 ans encore très longtemps.

Patrick Klugman