Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean Pierre Allali - Le crime de Samuel Schwartzbard, de Rémy Bijaoui

27 February 2019 | 191 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Pages

Actualité

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Pages

Opinion

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Le crime de Samuel Schwartzbard, de Rémy Bijaoui*

L’assassinat, en 1926, à Paris, de l’ataman ukrainien, Simon Petlioura par un horloger juif, Samuel Sholem Schwartzbard, , est, on le sait, à l’origine de la création de la LICRA.

Avocat, Rémy Bijaoui, après avoir consulté les attendus du procès de Samuel Schwartzbard et décortiqué la presse de l’époque comme les nombreux ouvrages consacrés à l’affaire, nous propose un retour en arrière édifiant et instructif.

Le cas est en effet étonnant, hors du commun. L’horloger juif, né en Bessarabie, a, incontestablement, le 25 mai 1926, au Quartier Latin, assassiné avec préméditation l’ancien dirigeant ukrainien, l’ataman Simon Petlioura. Sept balles de pistolet à bout portant. Et, pourtant, après une instruction de sept mois et un procès qui s’ouvre le 18 octobre 1927 devant la Cour d’Assises de la Seine, Samuel Schwarzbard sortira libre, acquitté.

Des précisions intéressantes sur l’assassin nous sont données : Schwartzbard est né en Russie, en 1886, dans la région de Smolensk. Plus tard, sa famille s’établira à Balta, en Ukraine. Face au déferlement antisémite, le jeune Samuel adhère, à 19 ans, à un mouvement juif d’autodéfense. Il séjourne en Autriche, en Russie et en Hongrie avant de rejoindre la France. En 1910, il est mineur à Saint-Étienne puis horloger à Paris où il rencontre Anna, qui deviendra sa femme et, lorsque la Guerre éclate, il est mobilisé. Le 1er mars 1916, il est grièvement blessé dans la Somme. En 1917, quand la Révolution russe éclate, il rejoint la Russie où il demeure trois ans. De retour en France, en 1920, il s’installera comme horloger à Ménilmontant. En 1925, il a obtenu la nationalité française. À la fin de sa vie, Schwarzbard a choisi de s’installer en Afrique du Sud où il est mort le 3 mars 1938. Sa dépouille a été, plus tard, transférée en Israël, dans le « Carré des Héros » du cimetière de Beer Shéva.

Défendu par le brillant maître Henry Torrès, ténor du barreau, lors de débats présidés par le conseiller Flory, avec, face à lui, le défenseur de la veuve de Petlioura, le non moins célèbre maître Campinchi, Schwarzbard, qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés, expliquera par le menu, sa haine de l’ataman, responsable à ses yeux des innombrables pogromes qui ont frappé l’Ukraine et entraîné la mort de milliers de Juifs dont des membres de sa propre famille.

L’habileté d’Henry Torrès, assisté de Serge Weill-Goudchaux et de Gérard Rosenthal aura été de déplacer les débats d’une simple affaire criminelle à un véritable réquisitoire contre les pogromes, en Ukraine, en Russie et ailleurs et de faire, en somme, le procès de l’antisémitisme.

Bernard Lecache, journaliste qui avait, au moment du procès, réalisé une enquête sur les pogromes en Ukraine et écrit un ouvrage sur le sujet : « Quand Israël meurt » et qui, en 1919, déjà, avait lancé dans Le Journal du Peuple un appel pour la création d’un Comité de Défense pour les Juifs opprimés, réunit le soir même du verdict d’acquittement, un groupe d’amis parmi lesquels Joseph Kessel. Place Blanche, à la brasserie Marianne, ils lancent les bases d’une association loi de 1901 : la Ligue Internationale Contre les Pogromes, qui deviendra plus tard la LICA puis la LICRA. Parmi les premiers adhérents : Victor Bash, Léon Blum, Albert Einstein, Edmond Fleg, Maxime Gorki, Paul Langevin, la comtesse de Noailles, Georges Pioch, Séverine et André Spire.

L’auteur, très honnêtement, ne laisse pas dans l’ombre, une question qui a agité le monde intellectuel au fil des ans : Petlioura était-il vraiment antisémite, a-t-il lui-même organisé des pogromes. Certains de ses défenseurs diront qu’il aimait les Juifs et avait même installé plusieurs d’entre eux dans son gouvernement. Une chose est sûre : il était le chef et, dès lors, sa responsabilité était entière face aux exactions de ses propres troupes.

Un travail très intéressant et très utile.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Imago. Octobre 2018. 192 pages. 20 €.

 

Our social networks live

Your application has been taken into account.
Thank you for your interest.