Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Dimanche, nous étions des milliers à nous rassembler !

26 Avril 2021 | 69 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Francis Kalifat a bien connu Robert Castel, durant les dernières années de sa vie. Ce fut une très belle rencontre, il garde en mémoire de beaux souvenirs. Francis Kalifat était présent à son enterrement. 

Martine Ouaknine est adjointe au Maire de Nice, déléguée au devoir de mémoire, à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, conseillère métropolitaine et départementale, présidente honoraire du Crif Sud-Est.

Pages

Actualité

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Antisémitisme

Pour la énième fois l'ONU s'apprête à voter le financement d'une liste noire d'entreprises internationales opérant dans les territoires contestés.

Seront ainsi montrées du doigt les sociétés se trouvant à Jerusalem, sur les hauteurs du Golan et en Judée -Samarie.

" Le guide du parfait boycotteur antisémite" sera ainsi financé par l'ONU.

Un pas de plus sera franchi !

 

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Je suis intervenu aux deux conférences internationales sur l’antisémitisme organisées la semaine dernière à Paris.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Mensonges, haine et illégalité.

La fête de l’Humanité, où artistes, politiques et public se pressent, a accueilli une fois de plus un stand appelant à la haine d’Israël.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Dans la newsletter du CRIF du 5 septembre 2016, nous reproduisions une information  faisant état de la publication d’un rapport, publié le 1er septembre 2016 et préparé par l'Association Voices for Human Rights et l'Institut Touro (Touro Institute on Human Rights and the Holocaust).

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

J'ai recueilli pour la newsletter du Crif les réponses aux questions posées à cet homme qui, pris dans le tourment de l’histoire-celle avec sa grande hache dont parlait Perec- est resté libre jusqu’au bout des ongles

Retour sur le déchaînement de haines antisémites qui s’est produit l’été 2014, en France.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Pages

Opinion

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Au lendemain de la mobilisation pour Sarah Halimi j’aimerais tout d’abord féliciter chacune et chacun de ceux qui se sont déplacés et mobilisés tant à Paris que dans de nombreuses villes de France et dans le monde entier.

Cette mobilisation citoyenne est un baromètre et l’expression de ce choc incompréhensible et insupportable faisant suite au déni de justice dans ce qui est appelé l’affaire Sarah Halimi.

Par trois reprises, nous avons été choqués et sonnés par les décisions de justice.

A chaque fois, nous encaissions les conclusions sans y croire. Deux fois nous nous sommes dit : «  la justice française ne peut couvrir ce crime ! » et nous attendions sagement, peut être trop !

Surtout après la reconnaissance du caractère antisémite de ce crime monstrueux de Sarah, nous étions persuadés qu’un procès allait s’ouvrir.

Simplement pour que le criminel antisémite réponde non seulement de son crime mais plus largement pour que lumière soit faite face aux nombreuses questions restées sans réponses.

Oui nous avons attendu mais en vain puisque la décision rendue le 14 avril par la cour de cassation nous a privé de notre aspiration à la justice. Le peuple français qui aurait dû juger en son âme et conscience lors d’un juste procès aux assises, à été mis à l’écart, privé de parole et par là insulté.

C’est pour cela que dimanche, nous étions des dizaines de milliers de toutes origines, de toutes confessions et de toutes convictions politiques à nous rassembler.

Un rassemblement de citoyens qui représentaient d’autres centaines de milliers de femmes et d’hommes qui ont voulu dire non à cette confiscation de notre liberté et à notre aspiration légitime à ce que la justice nous protège tous.

Nous gardons l’espoir suite aux engagements pris par le Président de la République demandant à ce qu’une loi soit votée car « si la loi d’aujourd’hui permet à Traoré d’échapper à un jugement il faut changer la loi »  et nous espérons que cette loi s’appellera loi Sarah Halimi. Nous devons rester vigilants afin de ne jamais oublier Sarah comme toutes les victimes de la haine antisémite et du terrorisme islamique qui a encore frappé la semaine dernière, enlevant la vie à cette mère de famille Stéphanie M, fonctionnaire de Police au commissariat de Rambouillet. Un rassemblement qui a posé des questions, un rassemblement qui n’est pas la fin d’une mobilisation mais le réveil d’une opinion et d’une aspiration citoyenne à ne jamais admettre l’inadmissible.

Sarah Halimi, après avoir été tuée trois fois, une fois par Traoré, une fois par la juge d’instruction et certains de ses experts, et une troisième fois par la cour de cassation, vivra à travers chacun de nous et à travers toutes les vies qui seront sauvées grâce à la loi qui portera je l’espère son nom.

Gil Taïeb