Stéphanie Dassa

Directrice de projets

Blog du Crif - La Rafle du Vel d’Hiv, par Laurent Joly

01 Juin 2022 | 130 vue(s)
Catégorie(s) :
France

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Opinion
On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Pages

La Rafle du Vel d’Hiv, par Laurent Joly

 

La plume de Laurent Joly rendrait n’importe quel ouvrage historique un bonheur de lecture.

Calé au fond du fauteuil, on part dans ses phrases en oubliant les heures, même s’il s’agit ici « des plus sombres de notre histoire » (qui n’a jamais entendu cette expression, ressassée à l’envi, qui voudrait tout dire en surtout ne disant rien?).

Nous voici en France occupée celle dont il écrit dans les premières lignes de son premier chapitre qu’elle « ne sera jamais pour les Juifs un territoire complètement hostile », parce que, avance-t-il « nombre d’agents [de l’appareil d’Etat] laisseront filer des Juifs ou leur viendront en aide ».

Oui, Paris n’était ni Berlin ni Varsovie, mais pourtant, entre le 16 et le 17 juillet 1942, plus de 13 000 juifs y furent arrêtés et « nulle part, même à Berlin, on n’arrêta autant de victimes en si peu de temps » précise l’historien.

Au commencement était… la décision. Tel est le titre de son premier chapitre, car pour comprendre la monstruosité du crime, il faut entrer dans « l’arrière-plan administratif et la logique policière », il faut entrer dans les rouages de la collaboration de Vichy avec l’occupant nazi.

Qui, comment, pourquoi, l’historien l’explique parfaitement et limpidement dans sa dernière étude qui fera date « La rafle du Vel d’Hiv », parue tout récemment aux éditions Grasset.

46 pages de sources et de références bibliographiques témoignent de l’énorme travail de recherche qu’il a accompli, décliné en huit chapitres, dont un consacré au 16 juillet (le quatrième) et un au 17 juillet (le cinquième), qui encadrent, contextualisent, enracinent ces deux journées d’enfer dans la complexité d’un appareil d’état criminel, avide, qui veut du chiffre, du rendement et sans doute aussi les congratulations de son maître, le IIIème Reich.

Dans sa conclusion, Laurent Joly rappelle que cette « grande rafle a entraîné un drame unique, invraisemblable » : l’arrestation de 4000 enfants dont le sort glace le sang. Ces enfants ont été internés puis séparés de leurs parents. Littéralement abandonnés par Vichy, ils ont été déportés seuls, au milieu « de centaines d’inconnus », puis assassinés à Auschwitz-Birkenau.

Ce crime-là, celui commis contre ces enfants, justifiait à lui seul, s’il en était besoin, la phrase du Président Chirac prononcée lors de son discours en 1995 « La France ce jour-là accomplissait l’irréparable ».

80 ans plus tard, Laurent Joly nous offre dans sa magistrale étude les clés pour appréhender cet évènement terrible qui a marqué de manière indélébile notre histoire et notre conscience nationale.

À lire absolument.

Stéphanie Dassa

 

* La Rafle du Vel d’Hiv, Laurent Joly, éditions Grasset