Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Une constance dans la haine anti-israélienne : le Venezuela

12 Mai 2016 | 29 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Antisémitisme

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

"Une France antijuive ? "est le dernier livre de Pierre-André Taguieff. Marc Knobel rend hommage au talent et au courage de l'auteur à travers cette tribune.

Portrait de Invité
3 Questions à Marc Knobel
|
17 Avril 2015
Catégorie : Antisémitisme

Les auteurs du Blog du Crif se prêtent à un exercice de questions réponses " 3 Questions à ..."

Marc Knobel historien- chercheur nous parle donc de son engagement dans la lutte contre l'antisémitisme.

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Quelques jours plus tard, l’ambassadeur a appelé son collègue israélien pour présenter des excuses[1]. Des excuses présentées, certes. Mais des excuses qui n’enlèvent en rien la gravité d’un tel propos, particulièrement méprisant, injurieux et scandaleux. Mais, de quoi s’agit-il en vérité ? Tout simplement d’une constante de la géopolitique vénézuélienne : la détestation et l’exécration d’Israël.

Une constante dans la haine

En 2006, le président Hugo Chavez avait annoncé avoir rappelé l’ambassadeur du Venezuela en Israël en raison de l’offensive de l’Etat hébreu au Liban, qu’il avait alors qualifié de « génocide ». « Cela provoque vraiment l’indignation de voir comment l’Etat d’Israël continue de bombarder, de tuer (…) avec toute la puissance qu’ils détiennent, avec le soutien des Etats-Unis », avait-t-il déclaré lors d’une allocution télévisée à l’issue d’une parade militaire dans l’Etat de Falcon, dans le nord-ouest du Venezuela, qualifiant par là-même les attaques israéliennes de « génocide ». Il faut rappeler ici que l’ex démagogue autoritaire vénézuélien avait déjà critiqué l’offensive israélienne contre le Hezbollah à plusieurs reprises, appelant les Nations-unies à agir pour mettre un terme aux violences. 

En visite en Iran, le 30 juillet 2006, Hugo Chávez, qualifié de « frère » par le président iranien avait déclaré que les opérations militaires israéliennes en cours au Liban sont comparables aux « actes d'Hitler », en évoquant le « fascisme israélien[2]». Il avait estimé également que l'Iran aurait le droit de disposer de l'énergie atomique civile, prenant ainsi parti en sa faveur dans les négociations qui opposent ce pays aux puissances occidentales.

Plus tard, le chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, avait fustigé l'offensive terrestre israélienne à Gaza (2009), qualifiant l'Etat hébreu d'«assassin» et quelques heures après la Bolivie, le gouvernement du Venezuela avait rompu ses relations diplomatiques avec Israël. « Maudit sois-tu, Etat d'Israël », avait ensuite lancé le président vénézuélien en juin 2010, au cours d'une cérémonie publique où il avait une nouvelle fois condamné l'assaut israélien contre un bateau turc d'une flottille internationale en route pour Gaza. « Maudit sois-tu, Etat d'Israël! Maudit sois-tu, terroriste et assassin! Vive le peuple palestinien », avait-il lancé.

L’Iran et le Venezuela

Hugo Chavez est un « martyr » « pour avoir servi son peuple et protégé les valeurs humaines et révolutionnaires. » L’hommage est… de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait salué en octobre 2012 la réélection à la tête du Venezuela de son « frère ». 

Dès son arrivée au pouvoir, Hugo Chávez[3]-[4] a recherché des partenaires au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour négocier un prix du baril le plus élevé possible », explique au Point (7 mars 2013), Jean-Jacques Kourliandsky, spécialiste de l'Amérique latine à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). « À ce titre, le rapprochement avec l'Iran correspondait à une convergence d'intérêts communs. » Les deux chefs d'État étaient d’ailleurs faits pour s'entendre. Et comme son homologue iranien, Hugo Chávez s'est fait connaître par ses diatribes enflammées prononcées à l'Assemblée générale de l'ONU. En septembre 2006, le Comandante n'a pas hésité à qualifier le président américain de l'époque, George W. Bush, de « diable », de « menteur » et de « tyran[5] ». Justement, le 13 septembre 2006, Chavez exprime publiquement ses doutes portant sur la version des attentats du 11 septembre en s'interrogeant sur un possible dynamitage des tours jumelles et l'usage d'un missile pour frapper le Pentagone : « Un avion serait tombé sur le Pentagone. Mensonge ! À moins que ce soit un avion invisible ! [[6]]. Sa déclaration est concomitante d'une résolution du Parlement vénézuélien demandant au président Bush des éclaircissements sur sa version des attentats.

C’est ainsi que « Hugo Chávez a mis en scène avec l'Iran la construction d'un axe anti-impérialiste sur le modèle… tous ceux qui sont contre les États-Unis sont nos amis », rappelle au Point Olivier Compagnon, maître de conférences en histoire à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine. « Cette posture l'a mis dans une position pour le moins contradictoire, note toutefois le chercheur. Lui qui promouvait la démocratie dans son pays a soutenu jusqu'à la dernière heure Mouammar Kadhafi, ou encore Bachar el-Assad. »

La Libye et l'Iran sont certes des pays marginalisés par la communauté internationale auxquels il a apporté son soutien encore une fois au nom de la lutte anti-impérialiste, mais ce sont aussi des partenaires importants pour le Venezuela au sein de l’OPEP, l’Organisation des pays producteurs de pétrole, rappelle Fabrice Andreani, doctorant à Sciences-Po.[7] Par contre, pour la Syrie, Chavez a poussé la logique de l’alliance « anti-impérialiste » à l'extrême, car il n’avait pas d’intérêt direct à soutenir Bachar al-Assad. Enfin, l’un des traits les plus saillants de la politique étrangère d’Hugo Chavez a été son obsession du complot et de l'ennemi américain et de son allié, Israël.

Antisémitisme ?

2009 : émergence d’une vague d’antisémitisme qui s’était traduite par un boycott des magasins juifs et surtout par la profanation de la synagogue de Caracas dont l’Arche Sainte et les livres de prières ont été détériorés et dont les murs ont été souillés de slogans antisémites. [8] En 2009, par exemple, le gouvernement offre une protection policière à la synagogue de Caracas, après l’agression dont elle est victime. Mais les Juifs du Venezuela se sentent surveillés. Suspicion confirmée : le SEBIN, service des renseignements du Venezuela, espionne bel et bien la communauté juive. Des révélations rendues publiques par la chaîne argentine « Analises 24 » avec force rapports du service de renseignement, photos et vidéos[9]. Au même moment, L’opus antisémite, Les protocole des sages de Sion, est vivement recommandé sur les ondes radiophoniques comme étant une lecture éclairante.

Lors de la campagne électorale du 7 octobre 2012, les dérapages de Chavez se sont multipliés.[10] Une situation inquiétante qui avait fait dire au Grand Rabbin du pays : « Nous ne pouvons que survivre dans un pays allié et ami de l’Iran. D’autant plus que l’antisémitisme et l’antijudaïsme est en développement constant. Le nombre de juifs envoyés à l’hôpital ne cesse d’augmenter. D’autant plus que la plupart des vénézuéliens ne font pas la différence entre judaïsme est Israël[11]…  »

Au final, 16 ans d’une politique délétère ont contraint plus de la moitié des Juifs du Venezuela à l’exil.
 

 


[1] I24 news, 10 mai 2016

[2] « Chávez et Ahmadinejad, unis contre les États-Unis »Libération31 juillet 2006

[3] Hugo Chavez a inventé le « bolivarisme » mélange de nationalisme militaire et de communisme militant. Il a été à la tête de son pays pendant quatorze ans (1998-2013)

[4] «Chavez est un mélange contradictoire paradoxal de gauchisme et de militarisme. Il a un appétit exagéré pour le pouvoir. Une de ses principales motivations est de rester sans limites au pouvoir», estime l'historienne Margarita Lopez Maya, ex-alliée passée dans l'opposition (Bien public, 06 mars 2013). 

[5] Le Point, 7 mars 2013.

[6] Paulo A. Paranagua, « Quinze jours dans la vie d'Hugo Chávez », Le Monde, 23 septembre 2007.

[7] « Chavez ou l'anti-impérialisme bien compris », L’obs, 7 mars 2013. 

[8] Jacques Benillouche, « La faillite de Maduro », Temps et Contretemps, http://benillouche.blogspot.fr/2015/11/la-faillite-du-venezuela-de-maduro.html

[9] Ouriel Helman, « L’après Chavez pour les Juifs du Venezuela », The Jerusalem post, 3 décembre 2013. 

[11] Cité par jss.over-blog.com

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.