Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Mélenchon, l’homme et sa dérive

18 Juin 2021 | 207 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

Actualité

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Joel Amar analyse la tribune de l'écrivain A.B Yehoshua publiée hier dans Libération : " Du bon usage du Boycott d'Israel" 
Paru sur mediapicking.com

Pages

"Tout ça, c’est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau et l'événement gravissime, qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d'inventer une guerre civile..."

Seuls ceux qui ont la foi insoumise chevillée au corps ou une presbyacousie très sélective ne comprennent pas dans ces paroles de Jean-Luc Mélenchon à France Inter que les événements graves qui ont émaillé les dernières semaines de plusieurs campagnes électorales présidentielles ont été organisés. Or, à moins que Mélenchon n’ait changé son logiciel religieux, qui peut penser que le « c’est écrit par avance » traduise une adhésion au « mektoub » islamique ? Si l’organisateur n’en est pas Dieu, ce sont des hommes qui ont planifié les attentats et on se demande à écouter le leader de la France insoumise, si le « petit personnage sorti du chapeau », c’est Emmanuel Macron ou bien si c’est Mohammed Merah transformé en marionnette manipulée pour commettre ces « événements gravissimes ».

Si l’identité du « petit personnage » est ambiguë, injurieuse dans le premier cas, ignoble dans le second, le sous-entendu était aussi clair que celui qui associe une Magen David à une croix gammée.

Certains espéraient que Jean-Luc Mélenchon présenterait ses excuses. C’était mal le connaitre. Un homme comme lui ne peut pas s’excuser.Il ne peut pas avoir de défaillance. Ce sont les autres qui ont mal compris, ou plutôt qui font semblant de mal comprendre pour l’attaquer vicieusement. Il suffit d’une video ignoble d’un militant d’extrême droite et  il prend la posture de la victime en danger de mort, demandant, magnanime, une pause dans la violence sur le Net. Les 100 000 messages de haine contre la jeune Mila ne l’avaient pas particulièrement ému…

Ses lieutenants sont allés au combat pour défendre le patron. Eux aussi n’allaient pas expliquer, mais attaquer, autrement dit détourner. Le problème n’était pas ce qu’avait ou n’avait pas dit Mélenchon, c’était que les critiques contre lui faisaient le jeu de l’extrême droite. Le vrai complot visait à l’empêcher de jouer son rôle politique.

Au lieu d’une excuse, ils offrent aux familles leur « compassion ». La compassion du Dalaï Lama, fruit d’un travail sur soi approfondi, a du sens, mais il est difficile de confondre avec des moines bouddhistes des dirigeants insoumis qui répètent ce mot en boucle et pour qui ce n’est qu’un élément de langage proposé par des communiquants. Les familles ne réclament pas de compassion. Elles se contenteraient d’un minimum d’empathie au lieu d’un choquant brouillamini complotiste.

Le refus d’admettre une erreur rapproche Mélenchon d’autres dirigeants politiques mégalomanes comme Donald Trump. Leurs sentiments envers Israël, leur orientation politique, leur bagage intellectuel sont on ne peut plus différents, mais leur comportement autocentré, associant violence verbale et posture victimaire, leur fascination pour les autocrates, leurs allusions complotistes et jusqu’au déni de défaite électorale sont très analogues. Écoutez le discours de Mélenchon après le premier tour de l’élection de 2017 et son stupéfiant refus d’appeler à voter Macron : cet homme a la certitude que l’élection lui a été volée. Et la façon méprisante dont il traite depuis le Président de la République rappelle le « sleepy Joe » de Trump vis-à-vis de Joe Biden.

Ce dérapage de Mélenchon survenu après bien d’autres, sonne-t-il le glas de sa carrière politique nationale, alors que son électorat a diminué de moitié depuis 2017 ? La mise à l’écart de celui qui rêve d’imiter Hugo Chavez, un dirigeant qui a transformé le Vénézuela, première réserve pétrolière de la planète, en pays importateur d’essence, serait un soulagement pour l’économie française. Et ceux qui sont convaincus que l’islamo gauchisme est une rupture de notre contrat national n’en seraient pas fâchés non plus. Mais les dirigeants populistes, qui savent attiser la lutte du « nous » (la nation pour Le Pen, les « gens » pour Mélenchon) contre « eux » (les forces qui détiennent le pouvoir occulte), exercent une emprise émotionnelle, satisfont le ressentiment, ce moteur de l’action dans l’histoire, et leur complotisme a d’autant plus de succès que leur argumentaire est débile.

Les événements gravissimes, dit Mélenchon, qui ont ponctué toutes les fins de campagnes présidentielles  (c’est faux) ont permis de stigmatiser les musulmans (c’est encore plus faux). Il en conclut que ces événements ont été planifiés par les partis « islamophobes ». Ce raisonnement circulaire indique sa volonté de soulever une coalition qui associerait musulmans et gilets jaunes sous la bannière de la révolte des opprimés contre les nantis. Ce discours est un carburant à l’abêtissement d’une population déjà biberonnée dans la méfiance des institutions. C’est un naufrage intellectuel, mais pour Mélenchon, c’est le dernier espoir. Gageons qu’il sera vain.

Richard Prasquier