Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Un nouveau gouvernement israélien

14 Juin 2021 | 177 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Pages

Israël

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Un ouvrage sympathique et émouvant à découvrir.

Une grande passion pour Israël et pour le peuple juif.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Pages

Opinion

Pages

Comment aborder un autre sujet que celui du feuilleton des élections israéliennes qui, après plusieurs saisons pleines de rebondissements et de suspense a écrit ce dimanche 13 juin 2021 une fin qui en Israël peut toujours être provisoire.

Hier, un nouveau gouvernement a été installé.

Hier, celui qui depuis 12 ans a eu la lourde tâche de guider le pays a perdu la bataille.

Hier, le système électoral Israélien à la proportionnelle intégrale, a montré, une fois de plus, ses failles et ses faiblesses. Il a mis le doigt sur les combinaisons, tractations et compromis indispensables à la formation d’un gouvernement.

Un système, en théorie idéal, qui, depuis plusieurs années oblige à la politique politicienne pure et donc à ses incohérences.

Hier, Benjamin Netanyahou, Bibi comme tous l’appellent, a trébuché sur un obstacle qu’il a su si souvent contourner et dont il a su si souvent jouer et profiter.

Hier, Bibi, qui marquera à jamais l’Histoire de ce jeune et merveilleux état d’Israël, a dû quitter la table. La déception est grande dans le cœur de ceux qui l’ont suivi, chéri et peut-être même adoré.

Israël perd un de ses plus grands dirigeants.

Mais le train de l’Histoire du peuple juif et de sa Terre doit se poursuivre et comme l’ont fait nos patriarches : Moise qui confia à Josue la tâche d’accompagner les hébreux en terre promise ou les géants pères fondateurs Ben Gourion, Begin ou ceux qui ont donné leur vie pour que s’écrivent cette courte et intense histoire, chacun a su laisser la place.

Parfois déçus ou surpris de voir leur peuple leur tourner le dos mais toujours investis et oeuvrant pour l’unité et l’Avenir.

Hier, un nouveau premier ministre, Naftali Benett et une nouvelle équipe certes un peu hétéroclite ont été élus et nous ne pouvons et devons que leur souhaiter de Réussir.

Elle prend les rênes d’un pays qui doit cicatriser de trop de coups qu’il a pris et de trop de divisions qui le ronge. Il serait dangereux et inconscient d’appuyer sur tous ces maux et blessures car les ennemis d’Israël n’attendent que cela et se délectent déjà de toutes ces divisions.

Nous, en Diaspora, devons rester fidèles à ce principe essentiel et vital qui est Notre soutien total à l’État d’Israël et à ceux qui le dirigent !

Que ceux qui s’expriment et déversent leur haine comprennent qu’ils ont le droit d’être déçus et même d’être un tant soit peu, en colère, mais que feront-ils demain lorsqu’Israel sera à nouveau attaqué et menacé ? Resteront-ils silencieux face aux islamogauchistes qui attaqueront le gouvernement d’Israël?

Nos ennemis trouveront toujours qu’Israel est « trop » quelque chose. Déjà la presse montre Naftali Benett du doigt et le taxe d’extrémiste !

Ne viendront-ils pas manifester à nos côtés pour soutenir Israël ?

Hurleront-ils avec ceux qui détestent Israël et ses dirigeants ?

Hier Israël a installé son nouveau gouvernement.

Mazel Tov !

Reprenons nos esprits et ressoudons notre peuple autour de ceux qui auront à prendre des décisions essentielles.

Merci Bibi pour le travail réalisé et meilleurs vœux de réussite pour ce nouveau gouvernement Israélien et surtout pour Israël.

 

Gil Taïeb

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -